Confrérie de la bière Godefroy de Bouillon

confrerie godefroy bouillon

 

 

 

La réputation de Bouillon, perle de la vallée de la Semois, haut lieu de tourisme luxembourgeois, n’est plus à faire. Les responsables du tourisme bouillonnais, et en particulier le dynamique syndicat d’initiative, sont parfaitement conscients de leurs potentialités.

Une confrérie au service du tourisme

Loin de s’endormir sur leurs lauriers, ils poursuivent sans relâche une politique d’animation et de promotion exemplaire.
C’est dans cet esprit de recherche de nouveautés et d’améliorations que le SI eut l’idée de créer une confrérie bouillonnaise, à l’instar de ce qui existait déjà dans d’autres localités de notre province.
Le noyau de la future confrérie se constitua autour de Mme Rita Dupont avec Philippe Gourmet, enseignent et échevin du tourisme, Robert Jacquet, restaurateur et vice-président du SI et Paul Mazières, négociant en bières et limonades dont le rôle, vous allez pouvoir en juger, ne fut pas négligeable.

Le choix des armes

Le thème gastronomique (et historique) rencontra l’unanimité autour d’un produit original créé deux ans auparavant par Pol Maziers, propriétaire de la brasserie du Grand Enclos à Corbion : la bière Godefroy.
Lancée sur le marché en mai 1988, elle connaissait déjà un grand succès dans cette région de la Basse-Semois.
Fort logiquement, le siège de la société fut établi au château fort. Le costume fut imaginé par Rita Dupont sur base des couleurs de la ville (rouge et blanc) : cape rouge, béret rouge orné d’un plumet blanc, chemise blanche et médaille de bronze accrochée à un large ruban de soie blanche. La très belle médaille fut conçue et réalisée par l’artiste, peintre-sculpteur, Freddy Baggen de Muno (Florenville).

Aujourd’hui la bière « Godefroy » est brassée par la Brasserie du Bocq à Purnode.

Notes de dégustation : Bière rude, avec un caractère affirmé. Sa couleur ambrée et son parfum houblonné attisent l’intérêt du connaisseur comme du profane. De couleur blonde-abricot, limpide, très saturée en bulles moyennes, mousse blanche formant un chapeau. Arôme à dominante maltée et fruitée, nez de levure aromatique, acre et frais. Saveur de levure parfumée et acre, goût amer équilibré, corps moyen. Goût doux et aromatique, coule très bien.

Ils assurent aussi la promotion d’un fromage appelé « Œillet du Château » qui est affiné sous le donjon du Château de Bouillon par la Bergerie d’Acremont située dans l’entité de Bertrix.
Peter DE COCK et son épouse Barbara y élèvent des brebis belges laitières, une race ancienne en voie de disparition.

Il s’agit d’un fromage au lait cru de brebis à pâte dure pressée non cuite. Il est surprenant tant par son goût fruité que pour son moelleux.
Une recette ancienne a été développée pour transformer le lait cru des 250 brebis. Préparé dans un chaudron en cuivre, le caillé mis en moule est ensuite piqué afin d’être mieux égoutté, puis affiné durant minimum six mois dans les caves du château.

Buts de la confrérie

Les objectifs de la nouvelle association s’harmonisent évidemment avec ceux du syndicat d’initiative, tout en les complétant :

  • Faire connaître l’histoire et les richesses de la région bouillonnaise,
  • Nouer des liens d’amitié,
  • Honorer différentes personnalités locales ou étrangères,
  • Mettre en valeur le folklore et les produits locaux,
  • Rehausser diverses manifestations et festivités…

Pour mettre en place les structures, le cérémonial, les attributions, etc, la jeune confrérie fut aidée et conseillée par la confrérie liégeoise du Vins du Perron de Huy, bien connue de Rita Dupont. C’est le 2 septembre 1989 à Bouillon que la confrérie de la bière Godefroy vit officiellement le jour.
Plusieurs années se sont écoulées et pas mal de choses ont changé. Certains membres s’en sont allés, d’autres les ont remplacés. La tenue vestimentaire a évolué (la tunique a été échangée contre une longue toge rehaussée par une longue écharpe blanche).

Ouverture vers la France et d’autres cieux

Depuis ses débuts, la confrérie s’est tournée vers la France toute proche. Le Grand Conseil compte 4 « togés » français sur les 25 qui le composent.
En plus du chapitre ordinaire annuel qui se tient à Bouillon le deuxième samedi de juin, dans la cour d’honneur du château ou dans la salle Godefroy , les chevaliers de la Godefroy tiennent un second chapitre au château fort de Sedan, fin février, avec la complicité bienveillante et intéressée des autorités municipales de la ville de Turenne.
De plus, la confrérie est fréquemment sollicitée pour organiser des séances académiques, sortes de mini-chapitres, destinées à rehausser les réceptions de visiteurs importants et à les honorer en leur décernant le titre de « Chevalier Honoris Causa ». Ce genre de visiteur n’est pas rare dans la cité bouillonnaise. Présente à Bouillon et à Sedan, la jeune confrérie s’est aussi distinguée en organisant, en octobre 1990, un chapitre extraordinaire à Gatineau (Canada) à l’occasion du jumelage touristique de cette ville avec Bouillon. Les futurs chevaliers sont appelés sur le podium. Après avoir été présentés par le Grand Maître, ils sont invités à subir l’épreuve (pas difficile à deviner…): vider allègrement une grande pinte de bière Godefroy (pas difficile à faire…)
L’épreuve est généralement réussie et le candidat est alors adoubé avec l’imposition du très artistique fourquet détenu par le Grand Maître. L’impétrant reçoit alors son diplôme attestant sa qualité de chevalier de la Godefroy.
Près de trois cent personnalités belges et étrangères ont été élevées à ce grade depuis les débuts de la confrérie. Les chapitres sont bien entendu suivis par des agapes dans le plus pur style des confréries gastronomiques.

Contact

M. Marcel Godon – route du Christ 35 – 6830 BOUILLON

061/46.80.34

confreres@confrerie-de-la-biere-godefroy.be