Confrérie du Maitrank d’Arlon

confrerie maitrank arlon

La confrérie du Maitrank a été fondée en 1964. L’article 2 des statuts stipule que « l’association a pour objet la défende et la promotion de la ville d’Arlon, notamment par la sauvegarde et la mise en valeur de la boisson locale, le maitrank d’Arlon, ainsi que l’encouragement à toutes les activités et initiatives visant à faire connaître et apprécier la ville et sa boisson locale dans le pays et à l’étranger ».

Pour réaliser ce vaste programme, la confrérie compte sur le dynamisme et le bénévolat du Grand Conseil et des quarante porteurs de robe ou de cape. Chacune de ces personnalités s’engage à participer annuellement à deux chapitres organisés par des confréries gastronomiques reconnues par le Grand Conseil de la Tradition gastronomique et culturelle wallonne. Celui-ci a pour but de promouvoir les particularités historiques, culturelles, touristiques et économiques de la région francophone de Belgique par le biais d’un produit gastronomique ancestral, c’est-à-dire authentique, revalorisé par chaque confrérie intégrée.

Nos ambassadeurs assistent annuellement à une cinquantaine de chapitre de confréries belges et françaises pour mettre à l’honneur la ville d’Arlon et son maitrank.
Le chapitre annuel de notre confrérie se tient le deuxième dimanche de mai. Au cours de cette très belle cérémonie, empreinte de sérieux et de dignité, sont intronisés de nouveaux membres. Après avoir été présentés, les impétrants doivent déguster le maitrank, jurer fidélité à la confrérie et au maitrank d’Arlon et recevoir la médaille et le diplôme, attributs de leur dignité.

Depuis 1989, à l’instigation de Sa Majesté le Roi (Grand Echansson d’honneur), la confrérie apporte son aide morale et financière à des institutions caritatives en fonction de l’avoir en caisse en fin d’exercice annuel.
Cette action a été concrétisée grâce aux cotisations et au dévouement de plusieurs membres qui participent à diverses manifestations et assurent la vente du maitrank dans le stand de la confrérie.
De la sorte, la confrérie a voulu équilibrer ses activités entre réjouissances et missions plus nobles, tout en conservant son objectif premier: porter haut le von renom de la ville d’Arlon, dont elle se veut être le Grand Ambassadeur.

Historique du Maitrank et de sa confrérie

L’origine de cette boisson odorante, et capiteuse de surcroît, se perd dans la nuit des temps. C’est en l’an de grâce 840 qu’il faut remonter dans les archives de l’époque pour relever que les bénédictins de l’abbaye de Prüm en avaient déjà entrepris la fabrication et qu’ils la faisaient goûter aux habitants de la région et aux voyageurs qui leur demandaient asile. Cette boisson appelée « maitrank » ce qui se traduit par « boisson de mai », ne se buvait que pendant une période de six à huit semaines en raison des bassins rudimentaires et des procédés archaïques qui en empêchaient la conservation.
Déjà en ces temps reculés, le maitrank était composé de vin blanc sec dans lequel on faisait macérer une plante dénommée scientifiquement l’aspérule odorante ou, dans un langage moins châtié, « Reine des Bois ». Cette plante à fleurs blanches, que l’on cueillait dans les bois de hêtres, était très répandue -et l’est toujours- dans l’entre Rhin-et-Moselle et dans la zone forestière belge. Son arôme qui donne toute sa saveur au maitrank, avait pour autre particularité de pourvoir être employé pour parfumer le longe qui garnissait les armoires et bahuts d’autrefois et ce bien avant la vulgarisation de la lavande.
De Prüm la fabrication du maitrank s’étendit jusqu’aux portes d’Arlon dont les habitants eurent tôt fait de dire que cette boisson avait un goût de « revenez-y ».
Les Arlonais eurent la riche idée, pour pallier le goût quelque peu aigrelet de certains crus, d’y ajouter quelques morceaux de sucre et un peu d’alcool. Dès lors, c’était le succès assuré. Ce breuvage obtint droit de cité et il n’est pas de fête de famille ou de réception officielle sans que le maitrank ne soit versé, à la plus grande satisfaction des convives ou des invités.

Recette artisanale du maitrank

Faire macérer, durant 8 heures 10 litres de vin blanc très sec (par exemple un « Elbling » ou un « Rivaner » de la Moselle luxembourgeoise) avec une bonne poignée de « Reine des Bois » (asperula odorantis) fraîchement cueillie alors que la plante n’est pas encore en fleur (très important).
Ajouter 6 à 12 morceaux de sucre blanc au litre selon votre goût et la qualité du vin, un demi-litre de bon cognac et quelques oranges en tranches.
Filtrer et servir très frais dans un verre à vin.

Contact

Mme. Laurence HESSE – rue des Deux Luxembourg 53 – 6700 ARLON

063/23.99.74 après 20 heures en semaine.

secretariat@confreriedumaitrank.be