Les Sossons d’Orvaulx

confrerie orval confrerie orval2

Quoi de plus normal, lorsqu’on a la chance de posséder autant de beautés et de richesses, que d’éprouver une certaine fierté, mais surtout beaucoup de bonheur.
C’est sans doute à partir de ces nobles sentiments que quelques animateurs du tourisme local eurent l’idée de créer une confrérie dont les buts seraient de :

  • promouvoir les activités touristiques, la gastronomie et la vie artistique des régions situées autour d’Orval,
  • mettre en valeur les spécialités gaumaises et la délicieuse trappiste brassée à l’abbaye,
  • faire revivre les traditions, us, coutumes et dialectes.

C’est en février 1977 qu’un petit groupe décida de constituer une association de fait, sous le patronage des syndicats d’initiative locaux de Villers-devant-Orval et de Florenville.

Historique

Orval se situe sur le territoire de l’ancienne commune de Villers-devant-Orval, celle-ci étant une des sept communes fusionnées depuis le 1er janvier 1977 sous le nom de Florenville.
Les membres fondateurs étaient au nombre de douze. Très vite les structures seront mises en place. Le thème gastronomique choisi sera évidemment la bière d’Orval et, accessoirement, le fromage produit par l’abbaye.
Le 17 juin, en l’auberge de l’Ange Gardien à Orval, la confrérie des Sossons d’Orvaulx est portée sur les fonts baptismaux. Les membres fondateurs, soit le Grand Conseil, élargissent le cercle en intronisant ce jour-là quelques nouveaux disciples togés qui deviennent par le fait membres du chapitre.
En 1979, la confrérie décide de se constituer en asbl. Les statuts sont publiés dans le Moniteur du 2 octobre 1980. Seule l’asbl « Sossons d’Orvaulx » est reconnue par le Conseil Noble des Confréries luxembourgeoises et par le Grand Conseil de la Tradition gastronomique et culturelle wallonne.
La confrérie compte de nombreux membres médaillés et même togés, originaire des départements voisins des Ardennes et de la Meuse. Elle entretient également des relations avec une antenne « Sossons » à Orval en Berry ainsi qu’une autre au Québec.
Il faut également souligner son action sociale, certes discrète, au bénéfice de certaines personnes en difficultés ou d’associations caritatives (l’asbl possède un « compte solidaire »).
A l’heure actuelle, l’association compte plusieurs centaines de membres effectifs, dont une bonne trentaine de togés. Elle est dirigée par un Grand Conseil de 7 membres :
Grands Maîtres : Georges Théodore, Richard Delviemaison,
Grand Epistolier : Joseph Braconnier,
Grand Chancelier : Jean-Marie Sindic,
Grand Argentier : Richard Lambert,
Grand Chambellan : Camille Gofflot,
Maître de Cérémonie : Jacques Lavigne.

La trappiste d’Orval

C’est une bière strictement naturelle d’une belle couleur ambrée. Elle est brassée en fermentation haute à partir de malts choisis, d’eau de source et de houblons sélectionnés.
A l’issue de la fermentation principale, elle est soutirée en cuve de garde où elle reçoit un second houblonnage et effectue une seconde fermentation. Après la garde, elle est soutirée en bouteille après adjonction de sucre candi et de levures. Grâce à cet apport, elle va subir une refermentation en bouteille. Cette troisième fermentation va entraîner la formation d’un léger dépôt composé surtout de levures (riches en vitamine B).
Digestive et légère en alcool (6,2%), elle gagne à vieillir lentement dans une bonne cave pendant un minimum de cinq à six mois et s’épanouira pleinement après un an ou deux de garde.
C’est d’ailleurs à cette température de cave (10 à 12° C) que l’on doit la déguster après l’avoir versée avec précaution dans un verre ad-hoc parfaitement dégraissé, rincé à l’eau claire et séché avec un essuie propre.

Etymologie

Sosson : mot couramment utilisé en Gaume pour désigner un ami, un compère, un joyeux compagnon…, tire son origine du latin socius : allié ou associé.

Orvaulx : ancienne façon d’écrire Orval.

Tenue de cérémonie

Longue toge aux couleurs orange et brun avec large béret assorti, ruban de cou bleu et blanc (couleur d’Orval) avec médaille frappée à l’effigie de la célèbre truite à l’anneau d’or et du verre d’Orval.

Cérémonial d’intronisation

Les impétrants sont appelés devant le grand chapitre réuni. Ils sont présentés à l’assemblée et sont ensuite invités à goûter la bière d’Orval, puis le fromage de l’abbaye. Ils doivent alors vider leur verre « à fond si faire se peut ». Reconnus dignes d’adhérer à la confrérie, ils jurent d’en respecter la devise. Enfin, ils reçoivent leur médaille et le certificat d’appartenance.

Devise

« Fayez toudjou l’bin t’t-autou d’vou avu l’cû lordge èt amitieû ». En français : « Faites toujours le bien autour de vous avec le cœur large et l’amitié ».